La premiA?re piA?ce pour clarinette hybride en concert le 14 mars au CNSMDP

Libellule de Marco Suarez Cifuentes, pour clarinette basse hybride, ensemble et dispositif A�lectroacoustique

Alain Billard, clarinette basse (solo)

Kakeru Chiku, flA�te basse
Fanny Vicens, accordA�on
Noam Bierstone, batterie
Thibault Lepri, marimba
Florentin Ginot, contrebasse
Eun-Joo Lee, violon
Hans Loirs, dA�clenchement A�lectronique

Pierre Strauch, direction
Marco Suarez-Cifuentes, composition

Augustin Muller, rA�alisation Informatique musicale
Ettiene Graindorge, Ingenieur du son
Jacques Warnier , RIM 2

PiA?ce rA�alisA�e dans le cadre du doctorat SACRe-PSL-CNSMDP.

Vendredi 14 Mars 2014 – Espace Mauricie Fleuret – CNSMDP
209 Avenue Jean Jaures, 75019 Paris

Libellule, pour clarinette basse hybride, ensemble et dispositif A�lectroacoustique ca��est le fruit da��uneA� trA?s belle collaboration avec Alain Billard (clarinette), il sa��agit du deuxiA?me travail de composition du cycle intitulA� A� Manglar A� sur lequel je travaille sur la��idA�e da��une diffraction de la��espace de reprA�sentation acoustique et musicale, et je recherche dans la��A�criture A�lectroacoustique la maniA?re de symboliser, da��accentuer et de matA�rialiser ces sA�parations.

La sonorisation, et la��utilisation des haut-parleurs comme des sources acoustiques, permettent de dA�velopper une plasticitA� de la��espace sonore et de rapprocher le spectateur du son instrumental rendant audibles les variations de timbre les plus infimes. Ceci permet da��A�largir le champ da��action sonore du geste instrumental et de constituer par la proximitA� duA� microphone une nouvelle forme de relation physique entre la��interprA?te et son instrument qui peut A?tre pensA� alors comme un espace chorA�graphique.

Ce projet a A�tA� dA�veloppA� pour la clarinette basse hybride (Selmer) jouA�e par Alain Billard, prototype issu de sa collaboration avec l’A�quipe de l’ANR IMAREV (resp. Adrien Mamou-Mani) A� l’Ircam. GrA?ce A� un systA?me comprenant une captation et une diffusion embarquA�es, cet instrument est capable d’A�mettre des sons hybrides, A� la fois acoustiques et traitA�s informatiquement en temps-rA�el, sans branchement sur une enceinte externe.

Libellule est conA�ue comme un diptyque de grande vitalitA� jouant sur des structures rythmiques complA�mentaires entre le soliste et le dispositif A�lectroacoustique, ou le soliste et les 6 instruments de l’ensemble de chambre et le dispositif A�lectroacoustique. L’utilisation des sons percussifs dans la clarinette avec un travail prA�cis sur le timbre l’articulation ainsi que la gestuelle du musicien est utilisA�e pour construire une polyrythmique qui sera soulignA�e par le travail d’orchestration.

La couleur diatonique micro tonale est diffA�renciA�e pour chacun des registres de l’instrument, et par ailleurs la sensation de gravitation modulante produite par plusieurs pulsations rythmiques superposA�es et dA�calA�es A� l’intA�rieur d’une seule texture instrumentale, produit un effet de mobilitA� A�lastique en continue que ja��ai souhaitA� dA�velopper et approfondir avec la Clarinette Basse dans la rA�alisation de Libellule.

L’ensemble instrumental de Libellule est constituA� par deux groupes instrumentaux sonorisA�s et mis en espace dans la��espace des haut-parleurs : le premier associant la flA�te, la��accordA�on et la premiA?re percussion; et le deuxiA?me, le violon, la contrebasse, la deuxiA?me percussion. L’utilisation des combinaisons de ces instruments dans l’orchestration, ainsi que la mise en espace permettra de souligner les divergences des timbres crA�A�s par la polyrythmique de la clarinette soliste et de crA�er ainsi une mobilitA� des gestes musicaux dans l’espace acoustique et la��espace des haut-parleurs.

Je remercie vivement la��engagement des musiciens et du service de production du CNSMDP, A� la��IRCAMA�A� pour faciliter la prA�paration de ce projet, ainsi qua��aux conseils da��Adrien Mamou-Mani, Markus Noisternig, FrA�deric Bevilacqua et Norbert Schnell A� la��IRCAM.

Libellule est dA�diA�e A� Alain Billard.